Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

MATUVU


blinkie-098-03.gif  








 




 

























http://www.meilleurduweb.com/images/pub/votez_88.31.gif

si certaines photos ne sont pas libres de droits, veuillez m'excuser, prévenez-moi et je les enlèverai
 

DÉVELOPPEMENT DURABLE OU ARGENTOCRATIE, MULTINATIONALECRATIE, ACTIONNARIACRATIE? PUBLIC OU PRIVÉ? SOLIDARITÉ OU INDIVIDUALISME? QUEL SENS A NOTRE VIE? TRAVAILLER POUR VIVRE, VIVRE POUR TRAVAILLER? QUELLE SOCIÉTÉ DEMAIN? NE NAISSONS-NOUS QUE POUR TRAVAILLER ET ÊTRE RENTABLE? SOIS RENTABLE OU DISPARAIS? LES ACTIONNAIRES SONT-ILS LES SEULS À AVOIR DROIT AU BONHEUR? L'HOMME, À TRAVERS SON HISTOIRE, DEPUIS LES ÂGES PRÉHISTORIQUES, SES SOUFFRANCES, SES RENCONTRES AVEC LES PHILOSOPHES HUMANISTES, N'A-T-IL RIEN RETENU, TIRÉ AUCUNE LEçON? COMMENT A-T-IL PU SE LAISSER ALLER À UNE TELLE ALIÉNATION FINANCIÈRE ET MATÉRIALISTE ET DONNER PLUS DE VALEUR À L'ARGENT PLUTÔT QU'À LA VIE? ROUSSEAU ET VOLTAIRE DOIVENT SE RETOURNER DANS LEUR TOMBE. LA RICHESSE N'EST PAS CELLE QUE L'ON CROIT, ON N'A JAMAIS VU UN COFFRE-FORT SUIVRE UN CERCUEIL. NOS YEUX NE PEUVENT SE REFLÉTER QUE DANS LES YEUX D'UN AUTRE, JAMAIS DANS UNE LIASSE DE BILLETS, MÊME SI CELLE-CI LES FAIT BRILLER ! LA RICHESSE C'EST LES AUTRES, ON N'EST RIEN SANS LES AUTRES. NOUS SOMMES À LA CROISÉE DES CHEMINS, UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE ! AMOUR ET RESPECT.





SOLIDAIRE

 

CONTRE LE
MASSACRE
DES DAUPHINS
AU JAPON
VIDÉO (ÂMES SENSIBLES S'ABSTENIR)
PÉTITION

PÉTITIONS DE RÉSEAU CÉTACÉS


Cyber @cteurs : le site d'actions citoyennes


Pour nourrir un animal abandonné,
CLIQUEZ ICI


Vous cliquez chaque jour
C'est gratuit et sans engagement.
Les sponsors de ce site financent des repas
 distribués par la SPA.

Vous pouvez offrir encore plus de repas en
 achetant dans la boutique de ClicAnimaux.





DE MÊME, IL EXISTE






Handle with care







Bienvenue sur le site de GALGOS France

voir l'articlelogo asso


undefined

  nouveau danger mortel pour les abeilles



Abeille sentinelle de l'environnement
La charte



Signez pour une Déclaration Universelle
pour le Bien-être animal.



CHASSE AUX PHOQUES
le combat continue
(GIF)



Retour accueil

SIGNEZ SUR LE SITE
DE 30 MILLIONS D'AMIS
LES PÉTITIONS MISES
EN LIGNE



SITE DE LA PMAF
si vous aimez les animaux, à mettre absolument dans vos favoris,visitez, signez, soutenez, et peut-être devenez bénévole



















Signez la petition pour remplacer les tests sur les animaux dans l'UE

PÉTITION POUR L'ABOLITION DU COMMERCE DE LA FOURRURE

PÉTITION ANTI-FOURRURE
(chiens et chats)




Econo-Ecolo, le guide des économies écologiques.Gestes écocitoyens


 

Cosmétique Bio


COMPARAISON DES ÉLEVAGES TRADITIONNEL,BIO ET LABEL ROUGE POUR CHAQUE ANIMAL
Calendrier perpétuel

DÉCLARATION UNIVERSELLE
DES DROITS DE L'ANIMAL





ÉCOVOLONTARIAT
MODE D'EMPLOI























Notre Planète info







CALCULEZ VOTRE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE



 

 

 

 

 

logo.jpg

FREEMEN

est un réseau de blogs, dont les auteurs sont convaincus que :

• le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique,
mais aussi politique et économique

• s’attaquer sérieusement à ce problème implique une remise à plat de nos modèles
économiques et, particulièrement, de la notion de « croissance »

Au delà, comme le nom « Freemen » l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut, comme il le veut, sur son blog. L’ensemble de ces contenus doit petit à petit former une nouvelle « chaîne », un nouveau «journal», chacun parlant de politique, mais aussi, d’art, de ciné, de tout. En créant des liens entre eux, les « Freemen » augmentent la visibilité de chacun d'eux. Rejoignez-les, rejoignez-nous …


La pile Freemen, Agrégateur

Vampyr sentimental
Marionnettes en prison
Voyages en poésie
Equilibre instable
Géoclic
Le grand ménage
Activart (Intelliblug)
ChampG
_002
A tous les hommes libres
Adamantane.orgue
Bar Nabé
Blog Citoyen
Blokomondi
Carnets de Nuit
Dernières nouvelles de l'homme
Dieu des chats
Le XXIIème siècle sera Utopie...
Dérapages
Ecolodujour
Entre Rêve et Réalité
Esprit Libre
Grande Question
Javafred
Juliette Robert
L'ex(con)centrée
La Danse du Temps
La fin du capitalisme
La liste à suivre
Le site de la pauvreté intérieure
Le Blog à Rythme
Les méditations du sauvage
Malisan
Melanchalys
Mon Paysage
Nathalie NGK
PoliTIK'show
Regard Sur
SDF
Sab et l'autre
Sebos31
Tristram Shandy
Welcome To The Brave New World
Adam Kesher
Nues > news blog
Eco-echos
MetaBlog Journal de l'Hypertexte
Source de la vie
Chambre avec vue
Quotidien Durable
Remises en cause
Noolithic
Sof
Fsens
Muji
Mitsu Girlz
Duplex
La Faim d'un monde
Le Mague
Toucher Rectal
EKoloGik.com
Chroniques Martiennes
Daeron
Emile Bonjour
Fragola
Mythologie(s)
Ostende
Envie d'ailleurs
Michalon
Fred de Mai
Imagine 2012
Imagine 2050
Slovar les nouvelles
Utopie possible
Skyblogscope
Un œil sur la planète…
Pticrom
Samuel Desgane
Lux
Crise dans les medias
Le Barrablog
La grande confusion
Tout allant vert
Europeus
Le Monde citoyen
Objectif planète
Aquafiestas
Gouvernance
La rage du peuple…
Cap21 Normandie
Moneinonline
Des bulles
Thierry Crouzet
Développement durable et communication
Page 2007
Débords
This is the end
On refait le blog

Zara-écolo


Retour à freemengoogle

26 décembre 2007 3 26 /12 /décembre /2007 13:59
Je viens de voir à la télé Raffarin déclarer: " le prix le moins cher n'est pas forcément le meilleur... car à ce jeu-là, les Chinois sont les meilleurs". Il a aussi condamné la concurrence à outrance.
C'était lors du Congrés de l'UPA, L'Union des Professionnels de l'Artisanat. Notre actuel 1er ministre était présent, souhaitons qu'il ait reçu le message.

Vouloir diminuer les prix, c'est une spirale sans fin qui mènera le monde à sa perte.

Lorsque l'économie a commencé à se mondialiser, on a d'abord augmenté la productivité, donc augmenté les cadences de travail ,abrutissant les ouvriers dont ont fait partie mes parents. On les a ensuite remplacé par des machines, développant ainsi le chômage et notamment celui des personnes "limitées" ne pouvant qu' occuper des postes au "fonctionnement simple".  On demande aux personnes d'avoir un niveau d'étude de plus en plus élevé, mais tout le monde n'en ai pas capable.

Quand tous ces efforts sont à nouveau devenus insuffisants, les entreprises ont commencé à délocaliser, d'abord dans les pays du Magrheb dans les années 70-80, mais ils sont devenus aussi trop chers, "on " a trouvé moins cher dans les pays d'Asie, avec d'abord les "petits dragons", ce sont les pays du S-E  comme le Vietnam...La Chine était encore communiste, il faudra attendre les années 90, que celle-ci encore plus pauvre "s'éveille", offrant  des tarifs horaires encore moins élevés, pas de droits de quelques sortes que ce soit pour les ouvriers.


Que se passe-t-il dans nos pays dit "riches", aux avancées sociales acquises durement?
Maintenant que l'on a déjà tiré sur tout, on s'en prend à nos droits qui coûtent si cher aux entreprises, j'ai lu un article dans le Courrier International où on lisait que certains Anglais avaient peur de prendre leurs vacances, c'était mal vu et il y avait une surcharge terrible de travail, entre autre. Comme je l'ai dit dans un récent article, nos chers députés, représantants du peuple, ont cassé le Code du Travail dans le plus grand silence médiatique. Le chomâge endémique s'installe, avec des poches de pauvreté comme certaines régions du N-Pas-De-Calais, les cités dortoirs...On va faire ses courses dans les magasins discounts qui tirent les prix encore plus vers le bas et qui vont s'approvisionner en Chine ou qui offrent des produits généralement de moindre qualité alimentaire. Quelle est la prochaine étape? Ou prochaine atteinte à la dignité humaine?

Cette spirale va de toute façon mal finir si on ne stoppe pas la logique ultralibérale qui refuse et condamne toute opposition au grand marché libre, trop de concurrence tue la concurrence, il ne reste plus désormais que quelques multinationales qui s'entendent entre elles afin de maintenir des prix élevés, on l'a vu pour les téléphones portables en France récemment. Les lois de protection de l'environnement sont considérées comme des entraves à la libre concurrence par l'OMC.

Le marché doit avoir des règles qui sont le respect des droits sociaux tels que nous les connaissons dans nos pays, il ne faut pas niveller par le bas mais par le haut. Tous ces transports de marchandises par bateaux ou par avions contribuent fortement au réchauffement de la planète, il faut donc les arrêter et relocaliser le travail, si les travailleurs à l'autre bout de la planète acquièrent nos mêmes droits ils coûteront aussi cher à l'entreprise, il n'y aura plus de raison de délocaliser.

Notre pouvoir d'achat doit prendre toute sa grandeur, nos achats ont du pouvoir, par nos achats, orientons l'économie, consommons moins, consommons local, consommons de meilleure qualité.
C'est pour cela que je suis bénévole chez Artisans du Monde qui cherche à promouvoir un Commerce juste et équitable.

Le prix juste, c'est celui qui permet à l'ouvrier, au paysan ou à l'artisan de vivre dignement tel qu'il est écrit dans les articles 23, 24, 25 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

Article 23 Haut de page
Burkina Faso, Photo ONU 152855C

1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.

2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.

3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu'à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.

4. Toute personne a le droit de fonder avec d'autres des syndicats et de s'affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

Burkina Faso, Photo ONU 152855C
Article 24 Haut de page
Illustration de l'article 24 Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.
Article 25 Haut de page
Côte d’Ivoire, 2005. Photo ONU NICA 32507 par Eskinder Debebe

1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d'invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.





Amour et respect
Repost 0
23 août 2007 4 23 /08 /août /2007 00:33
travail05.JPGPour ceux qui connaissaient ce blog avant cette date, vous avez pu observer que la photo de la page d'accueil  a changé. il y avait auparavant  un paysage  de dunes  au sable blanc  sur fond de ciel  bleu  agrémentées  de quelques  oyats  (hautes herbes)  qui  me fait complètement rêver.  Mais lorsque j'ai découvert la  photo de cet enfant terrassé de fatigue sur sa table de travail, cela m'a paru une évidence de la remplacer par celle-ci (photo de G.Vauclair Unicef).

Que fait cet  enfant là à travailler ? Pourquoi  n'est-il pas à l'école?  Quel  âge a-t-il?  Combien d'heures  par jour  passent-il  à coudre ces  balles?  Pour qui sont ces balles?  Pour lui?  Ou pour  nous occidentaux?  Pour que nous puissions  jouer,  pour que nos enfants puissent jouer.  Joue-t-il lui? Pour que nous puissions acheter à un prix modique ces balles, pour que nous ayons encore de l'argent pour acheter encore plein de choses dont nous pourrions aisément nous passer, mais nous sommes dans la société de consommation, je consomme donc je suis, si la consommation augmente, c'est que tout va bien, disent nos courageux  et responsables hommes politiques.

Le prix est  modique  car  nous ne payons pas  le prix intégral.  Nous  payons  bien  le matériel,  le transport ,  le magasin . Mais paye-t-on d'une manière  juste et équitable  celui  qui  fabrique? d'abord, ce n'est pas la place d'un enfant ensuite, lorsqu'il s'agit d'un adulte, peut-il vivre dignement de son salaire? Mange-t-il suffisamment? A-t-il un logement? Dans quel état? Est-il assuré médicalement? peut-il s'acheter des médicaments? A-t-il des horaires décents lui permettant d'avoir une vie aprés le travail? Paye-t-on ses heures supplémentaires? Y-a-t-il un syndicat libre capable de défendre ses droits? A-t-il des loisirs? Peut-il envoyer ses enfants à l'école?

La boucle est bouclée. Je vous laisse répondre.

D'autres payent à notre place. Nous sommes des esclavagistes. Ces gens sont maintenus dans la pauvreté et l'ignorance à notre service. Je ne veux pas faire partie de ce système libéral, capitaliste extrémiste, sans loi, qui ne croit en rien, qui n'a d'autre valeur que celle de l'argent.
logoanim.gif
Ces ouvriers doivent pouvoir bénéficier des mêmes droits que nous, travailler dans les mêmes conditions que nous, être payés décemment comme nous. Ainsi, il n'y aura plus de raison de délocaliser les usines, nous pourrons garder nos emplois. Eux, au lieu de travailler 16h, n'en travaillerons plus que 8. Au lieu de travailler à l'exportation, ils pourront travailler à développer leur pays, dans un esprit de développement durable, bien sûr, créer des hopitaux, former des médecins, bâtir des écoles, instruire et éduquer les enfants, développer la solidarité par les services publics...

Pour atteindre cette utopie, il faut d'abord ne plus voter à droite, ensuite, changer nos habitudes d'achat. Pour les produits d'agriculture et d'artisanat, préférez les produits du Commerce Équitable, où les petits producteurs défavorisés sont payés d'une manière juste et équitable en accord avec eux. Voici le site d'Artisans Du Monde, association pour laquelle je suis bénévole. Vous pouvez participer à ses actions, signer les pétitions, vous engager.
Pour les produits manufacturés en usine, il vaut mieux acheter quelque chose de qualité, non fabriqué dans un pays d'Asie, plus cher à l'achat mais qui va durer plus longtemps, va rendre un meilleur service et au final coûter moins cher parce que vous n'aurez pas dû en racheter un autre. Artisans Du Monde avec d'autres associations et syndicats ont créé le Collectif de l'Éthique sur l'Étiquette, leur mission est de demander aux acteurs économiques ( chaines de magasins, marques...) et politiques de veiller à ce que les droits des travailleurs tels que définis par le Bureau International du Travail soient appliqués et respectés. Leur mission est très difficile. La mise en place d'un label pour ces produits est souhaitée, comme il existe déjà le label Max Havelaar pour l'agriculture et l'artisanat.
          
logo-fairtrade-max-havelaar.jpg
Nous avons tout à perdre en exploitant les autres. Nous avons tous à y gagner en se respectant les uns les autres.


Achetez moins, achetez  mieux.


Amour et respect
Repost 0
22 août 2007 3 22 /08 /août /2007 01:19
Un peu de philosophie politique, vous avez peut-être remarqué que l'on entend de plus en plus souvent le terme de populiste. Ce qui est inquiétant, c'est que le populisme a souvent été associé, durant l'histoire du 20 ième siècle, à des périodes précédant de graves crises. Un exemple, le pire, dans les années 30 en Allemagne, ce sont des années de lavage des cerveaux qui ont permis par des élections démocratiques l'installation d'un anti-démocrate au pouvoir. Je vous invite à lire l'article suivant qui nous donne une définition du populisme très claire, c'est tellement bien dit.


Réflexion de Régis Laurent publiée avec l'autorisation de l'auteur sur www.brest-ouvert.net le jeudi 9 juin 2005
 
Petite réflexion sur le populisme

Dans le journal « Le Monde du 07 juin 2005 », le journaliste Christophe Jakubyszyn emploie une fois plus le terme « populisme » :

« Après un séminaire du gouvernement et juste avant sa déclaration de politique générale, mercredi 8 juin, le premier ministre interroge les syndicats sur leurs solutions pour l’emploi. Convaincu que la résolution du chômage est seule susceptible de vaincre la montée du populisme pour 2007. » (p. 7 : Titre : M. de Villepin cherche sa voie entre flexibilité et allégement des charges)

Ce terme, "populisme", on l’entend de plus en plus souvent employé en France mais aussi en Europe. Il faut savoir que ce terme a une définition sociologique qui nous est donnée par Jean-Claude Passeron dans son ouvrage « Le raisonnement sociologique ». Pour aller vite, ce concept signifie que le populiste aurait pour but de flatter les dominés par une certaine maîtrise des représentations mentales, en flattant leur identité culturelle, en faisant de la "bienveillance morale", en se servant de la peur aussi. Dans la conception populiste, il y a l’idée de masse et de propagande. Quand le journal « Le Monde » désigne les populistes sans plus d’explication, il vise essentiellement l’extrême droite, et l’extrême gauche souvent mis dos à dos depuis quelques semaines. Or le populisme n’est pas l’apanage du FN, ou de l’autre côté, de la LCR et de LO. Toucher les dominés grâce aux émotions, aux peurs, aux craintes, aux ressentiments, c’est ce que font les populistes Sarkozy ou Chirac avec le sentiment sécuritaire. Le Parti Socialiste est populiste quand il se sert d’une représentation catastrophique des effets du « vote non ». L’UDF est populiste quand il cherche à récupérer les mauvais effets de l’UMP au pouvoir. En bref, le populisme c’est vouloir être reconnu massivement par une propagande basée sur le sensible. Les moins populistes, dans le fond, seraient ceux qui argumentent le plus sans se servir des émotions pour faire passer leurs projets politiques. Mais ça signifie qu’il est nécessaire d’avoir un véritable projet politique. Il est vrai que les médias laissent peu de place à l’exposition de projets politiques élaborés.

Pour conclure, tous les partis politiques qui tendent à vouloir accéder au pouvoir ou qu’ils soient de « contre-pouvoir », sont populistes. Les plus populistes sont, finalement, ceux qui ont les plus gros moyens de propagande

Amour et respect

Repost 0
28 avril 2007 6 28 /04 /avril /2007 21:20

PROVERBE

"EN AVRIL, NE TE DÉCOUVRE PAS D'UN FIL"
               
AH! AH! AH!


Nous avons souvent été à plus de 10 degrés au dessus de la moyenne et nos sages dirigeants annoncent un réchauffement climatique globale de + 2 degrés pour ...2050. Quelle vision à long terme de leur part, heureusement que gouverner c'est prévoir. Aujourd'hui, les dirigeants donnent priorité à l'économie, CORINNE LEPAGE nous explique les raisons.
Extraits d'un interview de l'excellent magazine "NOUVEAU CONSOMMATEUR" de Février Mars 2007.

DSC02481.JPG
"De plus en plus de voix s'élèvent pour proposer des mesures qui, sans résoudre tous les problèmes, freineraient leur aggravation.

Il faudrait taxer davantage les ressources devenues rares pour en limiter la consommation. Le pétrole cher pousse les gens à moins utiliser la voiture et à chercher d'autres modes de chauffage que le fuel. Si on taxait normalement le carburant consommé pour les transports de marchandise, beaucoup de sociétés ne délocaliseraient plus car cela leur coûteraient trop cher de faire fabriquer en Asie pour vendre en Occident, malgré la main-d'oeuvre à bas prix. Il faut aussi encourager financièrement les entreprises qui travaillent sur des solutions écologiques dans le bâtiment, l'agriculture, l'industrie...et cesser de subventionner les activités polluantes comme on le fait aujourd'hui.

ça semble évident, pourquoi ne le fait-on pas tout de suite?
  • Il y a des freins culturels: les dirigeants sont pétris d'une culture qui privilégie les grosses infrastructures et l'économie lourde au détriment de solutions légères et rapidement adaptables.
  • De plus, ils confondent progrès et croissance du PIB. Tout ce qui donne des points de croissance les réjouit, même si ce sont des activités polluantes condamnées à brève échéance. Les décideurs manquent souvent d'une vision à long terme.
  •  Par ailleurs, ils profitent du système et y sont liés. Les grands corps d'état sont très liés au privé. Les technocrates passent facilement de la haute administration à la direction d'entreprises privées et inversement.
  •  Enfin, les lobbies font la loi à Bruxelles. Par exemple, les lobbies pétroliers et automobiles menacent de mettre des milliers de gens au chômage si on touche à leur activité. Pourquoi ne pas les obliger à créer des emplois dans les nouvelles technologies environnementales? les Allemands le font bien.

POUR CONCLURE:
...et je suis parfois exaspérée par la malhonnêteté, le cynisme et l'hypocrisie que je rencontre...Surtout à haut niveau d'ailleurs, car à l'inverse je suis frappée par la générosité et l'enthousiasme des gens de terrain qui agissent depuis des années pour sauvegarder la planète."

Amour et respect


Repost 0
27 mars 2007 2 27 /03 /mars /2007 00:00

Voici la transcription d'un interview de Philippe Desbrosses (agriculteur et docteur en sciences de l'environnement, expert auprès des institutions européennes), que j'ai trouvé dans l'excellente revue "NOUVEAU CONSOMMATEUR éthique et responsable" numéro 18 de février-mars 2007. Ce monsieur dit tout le bien que je pense à propos des OGM et de notre démocratie qui est devenue multinationalecratie, mais en beaucoup mieux que moi:

Par EEM
Nous venons de découvrir que depuis Octobre 2006, la France est condamnée à une astreinte de 168 800 € par jour pour non conformité à la législation nationale en regard de la directive sur l'utilisation des OGM. Selon vous, comment en est-on arrivé là?


Je suis indigné par ce scandale et par l'attitude de nos responsables politiques qui nous ont amenés dans une telle dérive et qui n'assument pas leur responsabilité.
Si je dois trouver une explication à une telle stuation qui dure depuis 6 ans, je pense qu'on peut légitimement suspecter les gouvernements, dans cette affaire, de servir davantage les intérêts des sociétés anonymes productrices de plantes génnétiquement modifiées et brevetées que l'intérêt général du Pays qu'ils sont sensés défendre. Nous sommes en droit de nous demander s'il n'existe pas les mêmes pactes de corruption entre certains décideurs (élus du oeuple) et des firmes, comme celles qui existent avec les experts scientifiques chargés d'évaluer leur produits?
Pourtant l'opinion publique est majoritairement contre (plus de 80%), malgré cela et toutes les alertes des scientifiques indépendants sur les risques avérés des OGM, nos décideurs, en totale contradiction avec le principe de précaution laisse contaminer volontairement et illégalement notre territoire pour qu'il n'y ait plus de retour en arrière.
Les affaires de l'amiante, de sang contaminé et de la vache folle n'ont pas servi de leçon à ces représentants peu scrupuleux, même le spectre de l'opprobre et de la prison ne semble pas les inquiéter. Aprés nous le déluge semblent penser ces bons apôtres. En outre cette situation sera supportée financièrement par le "citoyen contribuable" qui non seulement sera victime de ces choix arbitraires, mais qui doit payer poUr cette faute politique.


Cette confusion ne risque-t-elle pas aussi de retarder le véritable débat citoyen sur les OGM?


La question fondamentale qui se pose devant ce déni de droit, dont devraient s'emparer tous les juristes et magistrats dignes de leur mission, c'est le détournement du droit qui s'opère actuellement en catimini au profit des multinationales du génie génétique.
Tout agriculteur dont les cultures sont contaminées par des OGM n'est plus propriéraires de ses cultures et de ses semences, en raison des brevets déposés par la firme à qui appartient ces OGM. Étant donné qu'il n'existe aucun moyen pour un agriculteur de se protéger de cette contamination, les pollueurs acquièrent un droit de fait. Par ailleurs, les faucheurs volontaires d'Ogm sont poursuivis en justice pour "atteinte au droit de propriété", même lorsque l'autorisation délivrée par le ministère de l'Agriculture a été annulée par le Tribunal Administratif.
Si le droit de propriété ouvre sur des abus tels qu'il devient impossible aux consommateurs de refuser les Ogm et aux paysans de refuser de les cultiver, que reste-t-il du sens du droit dans ce pays?
Des multinationales soutenues par des hommes politiques inconséquents, qui considèrent les opposants et l'opinion publique -qui elle est majoritairement contre les Ogm- comme quantité négligeable! Et ne veulent pas de ce débat parce qu'ils ont peur de leur population mieux informées qu'eux sur les conséquences abbérantes et les tragédies qui se jouent déjà, là où les Ogm sont largement utilsés.
Sommes-nous gouvernés par des politiciens irresponsables ou mal intentionnés qui abdiquent devant l'offensive des multinationales? J'ajoute en tant qu'administrateur du GRIIGEN ce qui s'est passé l'année dernière à la même époque. Le gouvernement de la France a adressé une lettre à la Commission Européenne lui demandant expresssément de ne plus permettre la communication des dossiers sanitaires
concernant les Ogm parce que cela pourrait nuire aux producteurs des Ogm. Cela veut dire que notre gouvernement est plus préoccupé par les intérêts financiers et mercantiles des firmes que par la santé des citoyens.
C'est invraisemblable!
Faisons le compte: le citoyen privé de débat, plus le risque de contamination des terres et la facture considérable à payer, plusieurs dizaines de millions d'euros, plus des astreintes de 300 à 500 000 euros par jour de retard à la transcription de la directive! L'incurie est totale.


...pesticides et Ogm constituent une bombe à retardement...




Comment se fait-il que dans notre démocratie si bien établie, les représentants du peuple soient devenus si sourds à la voix de ceux qui les ont élus? Et cherchent à imposer contre toute logique scientifique leur volonté?
Ce 20 mars 07, les décrets Ogm, en application des directives européennes, viennent de sortir, mais la France continuera à payer, ce n'est pas une loi.
Une distance de 50 m a été instaurée entre un champ Ogm et non Ogm, il est à parier que le pollen emporté par le vent ou quelques insectes ou oiseaux s'arrêtera avant cette limite. Il est vrai que l'on voit tous les jours des pollens se ballader avec un mêtre ruban sous le bras. Veuillez pardonner mon amertume.
Au Mexique, depuis 2001, la contamination du maïs traditionnel par le maïs transgénique a été établie.
Dans les pays du Tiers-Monde, cour de récréation pour toutes les multinationales, les agriculteurs sont parfois "obligés" d'acheter des semences Ogm sinon ils se retrouvent en prison. Exemple encore plus poussé de collaboration entre un état et une multinationale.
Lorsque des paysans se sont endettés pour acheter ces semences, soi parce qu'ils y ont été obligé soi parce qu'ils ont été convaincu par les arguments des VRP des Ogm, et que celles-ci ne donnent pas les résultats escomptés et que l'année suivante il faut en racheter, bon nombre de paysans se retrouvent ruinés, perdent tout, certains abandonnent leurs terres ancestrales pour venir grossir les bidonvilles, d'autres se suicident, ceci se voit surtout en Inde pour le coton. En Amérique du Sud avec le soja, les paysans découvrent peu à peu que les "mauvaises herbes" deviennent de plus en plus tolérantes à l'herbicide et qu'il faut multiplier les doses, détruisant les terres, détruisant l'agriculture petit à petit.

VIDÉO SUR LE COTON EN INDE










VIDÉO SUR LE SOJA EN ARGENTINE


 








POUR UNE AGRICULTURE PAYSANNE, FAMILIALE, BIOLOGIQUE, RESPECTUEUSE DE L'ENVIRONNEMENT.




Repost 0
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 12:19
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

        Au regard de l'Histoire de l'Humanité, avec ses cycles de progrès et de conflits destructeurs, plus ou moins longs, toujours cruels, le "bien" effectivement  "finit  toujours par triompher"  mais à quel prix!  Décembre 2006 a vu disparaître le boucher de Bagdad, d'autres s'en sortent mieux cependant.                                                                                                                  
        L'humanité progresse, oui,  et aujourd'hui elle mène son ultime combat face à son ultime tyran,  l'argent,  accompagné de ses acolytes, le pouvoir, la possession, l'égoïsme,  la convoitise,  l'indifférence...                                         
      Le pouvoir, autrefois les tyrans se battaient pour devenir roi ou empereur, aujourd'hui, on se bat pour diriger les multinationales et les institutions internationales.                                                                                                            
    La possession, autrefois les tyrans se battaient pour conquérir de nouveaux territoires, aujourd'hui, on se bat pour des parts de marché.            
        L'égoïsme, je me sers le plus possible et "aprés moi, le déluge".              
        La convoitise, "l'herbe est toujours plus verte chez le voisin"                      
      L'indifférence, les dirigeants savent par expérience que les privatisations, le pillage organisé de l'Afrique... vont continuer à faire basculer des millions de personnes de la pauvreté à la misère et pourtant ils le font. Et pour nous, simples citoyens de la France d'en bas, peut-être sommes-nous trop abreuver d'images et d'infos, que nous nous sommes habitués à tant de souffrances, pourtant lorsque l'on sollicite notre générosité, nous répondons présents, il y a certainement en nous un sentiment d'impuissance face au rouleau compresseur politicien et économique. Seul, il est très difficile de faire entendre sa voix. C'est pour cela qu'il faut être très nombreux (tous ensemble, tous ensemble :-) ) pour clamer haut et fort notre désaccord.                                                                                                                   
         Aujourd'hui faire de l'argent à force de loi sur tout le reste, même face à un enfant à qui il faudrait de l'eau propre et gratuite, des médicaments à un prix modéré et un instituteur décemment payé. Le voici notre tyran: l'argent, ses serviteurs ont visage humain, Bush étant le plus connu et l'un des rares élus (puisque mal élu). En général, on ne connait pas leur visage et ils ont été nommés par leurs amis (on parle de "cooptation"). Ils sont à la tête d'institutions financières ou commerciales mondiales qui nous dirigent et qui nous dépassent et dont la plupart des simples citoyens ne soupçonnent même pas l'existence.  Notre Président, ainsi que tous les autres, sont devenus de simples éxécutants.                                                                             
        Il ne sert à rien de passer à une sixième République, c'est un faux  espoir, un leurre, ce serait comme pour l'an 2000 où tout le monde espérait  que tant de choses pourraient changer, moi la première. Il n'en a rien été. Le problème est que nous avons transmis une grande partie de notre capacité de décision à la Commission Européenne dirigée par monsieur Barrosso et à l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce). Or, pour pouvoir changer les choses, nous devons récupérer notre libre-arbitre car actuellement nous serions dans un ersatz de démocratie.                                                                   
PS: par définition, le tyran est celui ou celle qui tyrannise, et l'on peut le ou la retrouver dans la vie de tous les jours en la personne d'un petit patron,  d'une directrice,  d'un père, d'un  mari... Le début de la fin d'un tyran, c'est lorsque l'on commence à ne plus le craindre.                                                                      




Comment combattre ce nouveau tyran qu'est l'argent? Il est partout, il a de nombreux représentants. L'Humanité n'a jamais été confrontée à un tel ennemi. L'arme de Gandhi était la non-violence qu'il déclinait en désobéissance  civile, en  marches, et en jeûnes, cette dernière action  semble  inéfficace  puisque  des  milliers d'enfants meurent  de faim et de soif tous les jours et cela  ne semble pas  émouvoir  les  décideurs.  Notre  José  Bové  national  pratique  la  désobéissance  civile en  s'en  prenant  aux  OGM, et lorsque l'on regarde ce reportage qui a été interdit de diffusion à la télé,  on comprend mieux l'action des faucheurs volontaires et la petite définition du Mahatma Gandhi.                                                                                


AUTRES CITATIONS DE GANDHI

JE CROIS PROFONDÉMENT QUE RIEN DE DURABLE NE PEUT ÊTRE BÂTI À PARTIR DE LA VIOLENCE

SEULS CEUX QUE LA CRAINTE POSSÈDE SE MUNISSENT D'ARMES

OEIL POUR OEIL EST UNE LOI QUI FINIRA PAR RENDRE LE MONDE AVEUGLE

LES MOYENS DE PRODUCTION DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ DEVRAIENT ÊTRE DISPONIBLES À TOUS AUTANT QUE L'AIR ET L'EAU DE DIEU LE SONT, OU DEVRAIENT L'ÊTRE


SOYEZ VOUS-MÊME LE CHANGEMENT QUE VOUS VOUDRIEZ VOIR DANS LE MONDE


SI LA NON VIOLENCE EST LA LOI DE L'HUMANITÉ, L'AVENIR APPARTIENT AUX FEMMES


LA DÉMOCRATIE DEVRAIT ASSURER AU PLUS  FAIBLE  LES  MÊMES OPPORTUNITÉS  QU'AU  PLUS  FORT


IL Y A ASSEZ DANS LE MONDE POUR SATISFAIRE AUX BESOINS DE L'HOMME, MAIS PAS ASSEZ POUR ASSOUVIR SON AVIDITÉ


ON PEUT JUGER DE LA GRANDEUR D'UNE NATION PAR LA FAçON DONT LES ANIMAUX Y SONT TRAITÉS


LA FORCE RÉSIDE DANS L'ABSENCE DE CRAINTE ET NON DANS LA QUANTITÉ DE CHAIR ET DE MUSCLE QUE NOUS AVONS DANS NOTRE CORPS


L'HOMME QUI EST FIER DE SA VERTU DEVIENT SOUVENT UN FLÉAU POUR SES VOISINS
 
(JE NE SAIS PAS POURQUOI, JE PENSE SOUDAINEMENT À L'AMÉRIQUE ?!?!... SOYONS HUMBLES).


CITATION DE MADAME GANDHI

IL N'Y A AUCUNE BEAUTÉ DANS LE PLUS JOLI DES TISSUS S'IL APPORTE LE DESESPOIR ET AVEC LUI LE MALHEUR
(Madame Gandhi parle des tissus anglais importés en Inde et qui mettaient des centaines de milliers de personnes au chômage).


Deux autres grands hommes ont ensuite usé de non-violence dans leur lutte, Marthin Luther King qui a obtenu l'égalité des droits entre les Blancs et les Noirs aux USA ,il y aura laissé sa vie lui aussi; et Nelson Mandela qui, après 26 ans de prison, obtint la même chose pour l'Afrique du Sud en abolissant l'apartheid.
Amour et respect.
Repost 0
4 février 2007 7 04 /02 /février /2007 00:38
Bien sûr, si je gagnais 1 million d'euros, je ferais la fête et offrirais des cadeaux à mes proches, je ferais des dons à des associations s'occupant d'enfants, de protection de la nature et d'animaux, j'acheterais une grande maison économe et autonome en énergie. Je m'offrirais une thalassothérapie, des voyages, en Écosse pour son intemporalité et sa beauté, dans les îles pour essayer mes nouveaux maillots de bain et au ski parce que ça fait longtemps. J'achèterais une voiture écologique pour contribuer le moins possible au réchauffement de la planète, la mienne a plus de 15 ans. Je changerais de banque et j'irais au Crédit Coopératif, c'est une banque à part entière mais qui pratique en plus une finance éthique, l'argent qui y est placé finance l'économie solidaire et des ONG dans des domaines tels que le développement durable, l'aide aux populations défavorisées... Il faut être vigilant car de plus en plus de banques proposent des fonds éthiques mais qui parfois n'ont d'éthique que le nom. Enfin, je prendrais une année sabbatique pour ouvrir une boulangerie pâtisserie salon de thé qui offrirait exclusivement des produits bio ou issus du Commerce Équitable (qui sont eux-mêmes en très grande partie bio même s'ils n'ont pas le label pour les simples raisons que les petits producteurs sont trop pauvres pour acheter pesticides et engrais chimiques, que le respect de l'environnement est l'un des critères du Commerce Équitable et qu'il coûte cher d'obtenir le label bio (si l'état pouvait intervenir pour faire baisser la labellisation aux noms de la santé publique et du développement durable!)). Si ça marche, je démissionne.                                                                                         
                                                                                                            

Si je gagnais 10 millions d'euros, fête, cadeaux, dons, maison, voiture, voyages comme il se doit. Je donnerais ma démission et j'ouvrirais plusieurs magasins bio et équitable, une attention très particulière serait portée au cadre, j'aime beaucoup la déco. Je confierais de l'argent à des associations qui gèrent des microcrédits et dont l'inventeur a eu la bonne idée de recevoir le prix Nobel de la paix 2006. Les microcrédits sont accordés à des personnes très pauvres, pas assez rentables pour que les banques classiques daignent leur concéder un prêt. Ainsi, les sommes prêtées sont de l'ordre de quelques dizaines à centaines d'euros. Ce sont  le plus souvent des femmes qui en sont les bénéficiaires afin de leur permettre d'élever leurs enfants et de devenir autonomes en s'affranchissant de la tutelle des hommes. Certaines achètent une chêvre pour en vendre le lait, d'autres des poules ou encore une machine à coudre afin d'ouvrir un petit atelier de confection, les idées ne manquent pas. Un tissu économique local  s'installe, le développement peut faire son oeuvre.

Si je gagnais 100 millions d'euros, j'emmenerais tout le monde faire la fête au soleil, démission, maison, voiture, chaîne de boulangeries pâtisseries salons de thé bio et équitable, dons, fonds éthiques, microcrédits. En Afrique, j'installerais des panneaux solaires pour les écoles, les dispensaires et pour faire fonctionner des puits, non seulement pour boire mais aussi pour redévelopper l'agriculture vivrière, celle qui nourrit la population locale, en opposition à la culture d'exportation qui nous nourrit nous, de produits tropicaux pas chers. Je replanterais des arbres, je créerais des parcs naturels pour protéger les animaux, la nature et la population locale en développant un tourisme éthique. Je réouvrirais les hôpitaux fermés par le FMI (Fonds Monétaire International) et la banque Mondiale (pour cause d'ajustement structurel: privatisations, libéralisation, réduction drastique des dépenses publiques (enseignement, santé...) afin de rembourser des dettes qui ont déjà été payées plusieurs fois vu les taux d'intérêt pratiqués ou d'obtenir de nouvelles aides ou d'être elligible à l'effacement de la dette). J'aimerais aussi ouvrir des écoles, former des maîtres et tout comme l'a fait le président Lula au Brésil, verser une allocation aux plus pauvres qui envoient leurs enfants à l'école car le développement est indissociable de l'éducation.

Je crois que je me suis laissée emporter, il semble que tout ceci nécessiterait quelques milliards d'euros. Il est cependant intéressant de savoir que d'après l'UNICEF, si depuis l'an 2000, dans le monde, on avait dépensé environ 7 milliards de dollars supplémentaires par an dans l'éducation pendant 10 ans, alors en 2010, tous les enfants du monde pourraient apprendre à lire et à écrire. 80 milliards de dollars sont dépensés annuellement pour l'éducation dans le monde, 800 milliards de dollars sont dépensés annuellement pour l'armement dans le monde. Armement ou éducation, pour 1% de plus.

Mon salaire me permet un prélèvement mensuel de 9,15 euros pour Médecins sans frontières (à l'origine c'était l'opération 1 franc par jour pour nourrir un enfant). Un abonnement de 7,50 euros à Courrier International, sa particularité est de reprendre des articles des journaux du monde entier concernant l'actualité politique, économique, scientifique... en proposant différents points de vue. La lecture de ce journal est toujours passionnante et on y apprend des tas de choses. Je fais aussi des dons ponctuels à différentes associations et j'envisage le parrainage d'une petite fille du Tiers-Monde. Mon plus gros "budget développement durable" est consacré aux produits bio. Ils représentent environ un tiers de mes courses. Pourquoi? Retenez juste 2 chiffres : en 20 ans le nombre de cancers a augmenté de 60 % et l'on mange environ 4 kg de pesticides par an, ce qui fait 1kg par trimestre, 330g par mois, 80g par semaine et plus de 10g par jour. Moi et mes enfants n'en consommons qu'environ 2,6 kg par an. Les médecins reconnaissent maintenant un lien entre ces produits ingérés et cette maladie, on peut aussi ajouter les produits chimiques contenus dans notre environnement que l'on peut toucher ou respirer. C'est pour cela que le parlement européen a voté, ce 13 décembre 06, REACH qui devait à l'origine obliger les industriels à prouver que les molécules chimiques qu'ils emploient sont sans effet néfaste sur la santé en faisant l'étude des 100000 molécules utilisées, au terme de plusieurs années de discussions et de lobbying des industriels, seules celles produites à plus d'une tonne seront étudiées et celles fabriquées à plus de 10 tonnes auront une étude complète, c'est à dire 12000 molécules. On sait déjà que des groupes de substances connues pour leur toxicité ne seront pas étudiés et que de toutes façons les industriels pourront continuer à utiliser librement toutes substances reconnues nocives après étude. Quant aux cancers, d'autres raisons, bien sûr, peuvent en expliquer l'augmentation comme le stress de nos vies et d'autres encore que j'ignore. Pour revenir au bio, aujourd'hui, on en trouve partout, même du lait, des oeufs, des carottes dans des magasins discount.

Quant au fait de gagner, je n'y crois pas et donc je n'ai pas de "budget jeu". Par contre je crois au principe des petites rivières qui font les grands fleuves, on n'a pas besoin d'attendre de gagner des millions pour changer le monde, si chacun de nous, selon ses goûts et ses priorités se déterminait son propre "budget développement durable" aussi modeste soit-il, tous ensemble on pourrait faire évoluer l'humanité dans le sens où nous le souhaitons : celui de la solidarité, du respect, de la joie, du bonheur, de l'amour...(pardon je m'emporte encore). Le pouvoir d'achat n'est pas qu'une simple capacité à acheter des choses, transformons nos achats en pouvoir, par nos achats nous pouvons agir, devenons consom'acteurs, achetons bio, équitable et éthique.

Et vous que feriez-vous? D'abord, vous pourriez diffuser ce site, mais si je peux me permettre, n'attendez pas d'avoir gagné. D'avance merci!
Amour et respect



                                                                           Décembre 2006


Repost 0
3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 02:36

Depuis mes 11ans, j'écoute tous les matins les infos. Je suis attentive aussi à la grand'messe du 20h et il y a maintenant les nouvelles chaînes info. Il faut en prendre et en laisser, le mieux est de multiplier ses sources, la lecture du Courrier International complète bien l'ensemble. Ce qui m'a le plus marquée adolescente, était la guerre du Liban et particulièrement le sort de Beyrouth, cela n'en finissait pas, je dois dire que ça me rendait malade.
Pendant 24 ans, j'ai suivi les infos, des guerres par-ci, des famines par-là, vol, escroquerie, chômage, violence, injustices, catastrophes naturelles...voici notre lot habituel. Cette dernière décennie a vu se développer de nouvelles catégories: nouvelles directives européennes, délocalisations, privatisations, actions, CAC 40, stock-options...
J'ai fini par comprendre ceci: tous les problèmes que l'on peut rencontrer aux 4 coins de  la planète, aussi différents puissent-ils paraître, ont tous la même origine: l'argent, aidé de ses deux acolytes: le pouvoir et le paraître. Certaines personnes, les plus nombreuses en manquent cruellement, d'autres, ne savent plus quoi en faire et continuent à en amasser, privant les premières de ressources parfois vitales. Les chiffres et les tendances le prouvent: les riches sont de plus en plus riches, les pauvres de plus en plus pauvres et la masse au milieu tend à glisser vers le bas puisque tout devient payant (privatisation) et parfois hors de prix. Quant au luxe, en plein développement, je le trouve indigne humainement parlant et vulgaire (dans le sens manque de savoir vivre en société, manque d'éducation).
Heureusement, de nombreuses personnes réagissent à cette paupérisation, cette injustice et s'engagent dans des associations caritatives ou dans des ONG (Organisations Non Gouvernementales) qui pour certaines dénoncent plus ou moins fort les pratiques libérales ravageuses et participent également pour certaines aux Forum Sociaux Mondiaux. Ces ONG constituent la société civile, face à la société politique.
Elles sont spécialisées dans différents domaines: l'urgence et l'assistance à la personne, certaines sont plus dans l'alimentaire comme les Restos du Coeur, Action contre la faim...; le médical comme MSF (Médecins Sans Frontière); beaucoup de petites associations s'occupent d'enfants, gérant parfois des orphelinats comme OA (Orphelinats d'Afrique), développant aussi le parrainage comme Aide et Action ou la Chaine de l'Espoir...et beaucoup d'autres, parfois toutes petites, apportent leur aide au développement d'un village ou d'une région.
Un autre domaine est dédié à la protection de l'environnement avec Greenpeace et le WWF comme "vedettes".
Et puis, il y a les "intellos" avec ATTAC, Artisans Du Monde (ADM)... et d'autres ONG internationales moins connues du grand public qui cherchent à changer les règles du commerce internationale.
Ce que font toutes ces personnes engagées dans les 2 premiers domaines est formidable et in-dis-pen-sa-ble. Seulement, ils ne font que poser des pansements sur des plaies qui se rouvriront tôt ou tard et d'autres plaies continueront de s'ouvrir ailleurs. Le problème n'est pas réglé, il faut s'attaquer aux racines du mal, c'est l'enjeu du troisième domaine. Oui à la mondialisation mais pas celle que l'on nous sert actuellement. Il faut des échanges régulés, justes, équitables, non imposés et c'est là que le Commerce Équitable (CE) prend sa source et trouve toute sa justification. Dans le CE, les petits producteurs (paysans et artisans) sont payés à un prix juste et équitable, celui qu'ils demandent pour vivre dignement, et qui leur permet notamment d'envoyer leurs enfants à l'école plutôt que dans les champs. Pour les ouvriers d'usines, on parle de Commerce Éthique, très difficile à mettre en place, où l'on demande tout simplement que les règles de l'OIT (Organisation Internationale du Travail) soient respectées et qu'un salaire digne leur soit versé. En France, le Collectif de l'Ethique sur l'Étiquette (ADM en est à l'origine et en fait partie) organise des campagnes pour sensibiliser le public et faire pression sur les décideurs politiques, et demande aux grandes marques et aux distributeurs de veiller aux conditions sociales de production des marchandises qu'ils commercialisent, notamment les jouets, les articles de sport et les vêtements. Le grand bonheur pour le Collectif (et pour nous) serait de voir se créer un label social indiquant que l'article a été produit dans le respect des Droits de l'Homme au travail. Pour que le commerce qualifié d'éthique ou d'équitable devienne Le Commerce  avec ses lettres de noblesse, un Commerce portant avec lui un développement et un enrichissement mutuel pas seulement financier mais aussi humain, voilà pourquoi je suis engagée depuis novembre 2002 dans le Commerce Équitable auprès d'Artisans du Monde. Cependant, le commerce international n'est pas le seul à poser problème, il y a aussi la spéculation boursière.
Et si l'on veut bien voir plus loin que le bout de son nez, on pourra aisément comprendre que si les conditions de travail et les salaires s'améliorent nettement là-bas dans la nouvelle usine du monde, j'ai nommé la Chine (et l'Asie d'une manière plus générale), il n'y aura sans doute plus de raison de délocaliser nos emplois. Ne serait-ce que pour que nous puissions les garder, nous avons tout intérêt à voir le niveau de vie augmenter dans le Tiers-Monde, ceci permettrait aussi aux populations de ne plus avoir besoin d'émigrer pour survivre. Plutôt que d'être pour une mondialisation des échanges, je suis pour une limitation du commerce international d'une part pour réduire d'autant les transports internationaux source de pollution et facteur agravant du réchauffement climatique et d'autre part pour préserver les emplois. Je suis en fait pour une Régionalisation des échanges. qu'est -ce que cela veut dire? Au lieu de n'avoir que pour seul objectif le développement des exportations, limitons-les aux produits spécifiques qui ne peuvent pas être produits sur place, que chaque pays se consacre à son développement intérieur, l'équipement des biens de la maison et de la collectivité (routes, assainissement...), à ses services sans oublier de développer une agriculture biologique source d'emplois (et de santé) où la souveraineté alimentaire (capacité de nourrir sa population, à être autosuffisant) serait un droit; la croissance ne peut pas être éternelle à moins que l'on colonise une autre planète et ses habitants:->. Lorsque je parle de région, je ne parle pas de vivre en autarcie, je pense "local" d'une part, mais aussi je pense à plusieurs pays formant eux-mêmes une région du monde, telle l'Europe, les USA, la région Amérique du sud qui met actuellement en place un grand marché intérieur, le MERCOSUR, ainsi que les pays de l'Asie du SE...Pour que les échanges régionaux puissent être justes, équilibrés, équitables, régulés et non imposés, il faut évidemment une unité géographique mais surtout une unité de niveau de vie ou de développement ou encore de richesse de tous les pays composant une région. Car là est le drame actuel de la mondialisation ultra libérale mettant en concurrence des pays (très) pauvres avec des pays (très) riches qui fixent leurs règles à leur profit (est-il besoin de le dire), c'est le pot de terre contre le pot de fer, le combat est inégal et la course au profit maximum nous mènera tous à notre perte, Mère Nature a déjà commencé à nous remettre les pendules à l'heure. Et si nous trouvons les prix plus élevés, et bien consommons moins mais consommons mieux: achetons moins de babioles inutiles et achetons des choses de meilleure qualité matérielle et sociale, devenons consom'acteurs, ne subissons plus la consommation, maîtrisons-la; de plus s'il y a moins de chômeurs, il y aura moins de prélèvements à verser donc du pouvoir d'achat libéré et plus de consommateurs, la sacrosainte consommation sera ainsi soutenue. Le consumérisme a ses limites: celle de la justice sociale et celle de la planète. Si les 6,5 milliards d'êtres humains vivaient comme des Européens, il faudrait 2 planètes supplémentaires; s'ils vivaient comme des Américains, il faudrait 4 planètes supplémentaires. Nous ne pouvons pas continuer ainsi à consommer, piller les richesses de la Terre, polluer.Nous devons changer nos valeurs, posséder ne doit plus être notre raison d'être. Quelqu'un a dit un jour:" Ce n'est pas nous qui possèdons les choses, ce sont les choses qui nous possèdent". Libérons-nous!
D'autre part, il est indispensable que chaque pays puisse bénéficier d'une totale souveraineté nationale, qu'il soit libre de ses choix, cela porte le nom de démocratie. Cela peut paraitre évident mais ce n'est plus le cas pour les pays européens qui ont abandonné à Bruxelles une partie de leur liberté de décision, plus particulièrement à la Commission Européenne (où les représentants sont nommés). On se souvient que le candidat Chirac avait promis de baisser la TVA pour la restauration, il n'en a jamais eu l'autorisation; il paraitrait que le candidat Sarkozy aurait fait la même promesse (affaire à suivre). Je m'excuse d'avoir mal jugé le système d'élection présidentielle américaine parce qu'il est indirect, au moins, le plus haut dirigeant est élu démocratiquement et a des comptes à rendre à la population, ce n'est pas le cas des "nommés" de Bruxelles.

Je rêve qu'un jour toutes ces différentes régions du monde puissent atteindre le même niveau de développement dans le respect de chacun et de notre planète, ceci s'appelle le développement durable. Demain se prépare aujourd'hui, que les hommes politiques élus ou nommés prennent leurs responsabilités.Dans mes rêves.
En résumé: la régionalisation au lieu de la mondialisation et le développement durable au lieu du libéralisme.

PS: ce mercredi 31 Janvier, je viens d'écouter Nicolas Dupont Saint Aignan (NDA) au grand oral de la Fondation Nicolas Hulot sur le Pacte Écologique, j'ai retrouvé dans son discours tout ce que je viens d'écrire dans cet article. La mesure phare étant "réviser de fond en comble les règles du libre-échange et conditionner l'ouverture relative (et non plus totale) de nos frontières commerciales au respect de critères environnementaux et sociaux...La seule solution de bon sens est l'instauration de zones régionales de libre-échange, qui commercent raisonnablement entre elles, et dont l'ouverture progressive des unes aux autres dépend d'une réelle harmonisation des normes sociales et environnementales", ceci par l'instauration de barrières douanières environnementales et sociales ou taxe dite globale. Je suis heureuse de voir que je ne suis pas la seule à penser ainsi, et je découvre que "c'est une voie que prône depuis longtemps Maurice Allais, prix Nobel d'économie". je vous invite donc à visiter le site de NDA et à lire notamment les 2 documents sur ses réponses aux 10 orientations et 5 mesures du Pacte Écologique.
Amour et respect.














Repost 0